Accueil du site - Forum - Intervenants - LN

 

Petite Biographie

Née en proche Normandie parisienne de parents commerçants, j'ai très vite senti que quelque chose "m'inquiétait" dans ce que je voyais, entendais et comprenais de la vie des gens qui m'entouraient ou que je rencontrais.

Ils semblaient, pour la plupart, vivre des choses qui ne les intéressaient pas. Ils semblaient se contraindre à respecter des convenances auxquelles ils ne croyaient pas. Je trouvais étonnant aussi qu'ils répètent sans arrêt aux enfants : "c'est pour ton bien" alors qu'ils semblaient si malheureux de s'appliquer les principes qu’ils espéraient inculquer. C'était quoi ce bien dont ils parlaient ? Je ne comprenais pas : "Je fais ça pour ton bonheur !" Que savaient-ils de ce qui pouvait me rendre heureuse puisqu'ils ne me demandaient pas mon avis et que de toute façon, je n'en savais rien moi-même ? J'avais en tous cas la nette impression que la plupart vivait en fonction de ce qu'allait penser le voisin plutôt qu'en fonction de ce qu'elle souhaitait (la plupart) et je ne pouvais admettre que la vie se réduise à cette équation qui me paraissait sans fondement.

Et que d'histoires dans la région pour des mariages marchandés, imposés, des enfants non voulus, des beaux-parents qui se mêlaient de tout, des aventures extra-conjugales. Les rumeurs s'amplifiaient, des réputations étaient brisées pour quelques heures dans d'autres bras. Tout le monde regardait ce qui se passait chez le voisin sans jamais se demander comment on pouvait faire autant de mal chez soi et avec "les meilleures intentions du monde", "Pour ton bonheur". "Fais ce que tu veux de ton avenir à condition que ce soit à ma manière d'adulte qui sait tout mieux que toi", "Tu verras quand tu seras grande !".

Mais je ne voulais pas devenir une grande triste, rancunière, sacrifiée à la loi du plus grand nombre, attendant un brave mari avec une bonne situation avec pour seul horizon :subir de temps en temps la morosité d'un devoir conjugal.

J'étais déjà très rebelle.

Je n'avais pas douze ans !

C'était plus fort que moi, la vie ne pouvait pas être ça. Je pleurais et vomissais des nuits entières à l'idée que peut-être, je ne saurais pas échapper à ce sort que j'imaginais et voyais terrible.

Heureusement, j'étais douée pour les études de français et j'aimais beaucoup lire. Je dévorais des biographies de gens plus ou moins célèbres qui me prouvaient qu'on pouvait choisir sa vie à la seule condition de se faire sa propre morale. Je cherchais dans ces histoires vécues ce qui avait donner à leur héros la force de résister à ceux qui prétendaient savoir ce qui était "bon pour eux".

Je trouvais la Passion et l'Amour.

L'Amour et la Passion dans toutes les gammes. l'Amour de Soi, l'amour d'un autre, l'amour des autres, l'Amour de ses rêves, l'amour qui embellit, l'amour qui dévore, qui étouffe, qui tue. Des tonnes et des tonnes d'Amour et de recettes d'amour.

Les recettes me laissaient sceptique, amère. L'amour paraissait trop souvent devoir s'associer au sacrifice, au don de soi. Qu'est ce que ça pouvait bien vouloir dire le Don de Soi ? Je regardais autour de moi et je trouvais que ce don de soi coûtait bien cher à ceux qui en bénéficiaient.

 

Combien de jeunes de mon âge et des générations précédentes qui n'ont fait de leur vie qu'un infini devoir de gratitude envers ces "chers" qui s'étaient donnés, sacrifiés pour eux sous un surprenant prétexte d’amour ! Je voulais être libre et ne rien devoir à personne puisque je n'avais rien demandé.

Si quelqu'un me donnait, c'est que ça devait lui faire plaisir ! Pourquoi lui devrais-je quelque chose ? Est-ce qu'il m'a demandé mon avis ? Est-ce que son cadeau ou son aide ou son sacrifice me convenait, me faisait plaisir ?

“Avec tout ce que j’ai fait pour toi”, cette phrase que j’entendais souvent dans les familles, me faisait peur de ce qu’elle sous entendait. Je me sentais prise dans un énorme contentieux qui pouvait durer toute la vie si je ne le refusais pas au plus tôt. Heureusement mes parents n’ont jamais prononcé cette phrase terrible pour l’avenir d’un enfant.

Ils ne souhaitaient que mon bonheur même s’ils s’inquiétaient beaucoup de la direction que je lui faisais prendre.

Il faut dire que l’idée que je pouvais me faire de mon bonheur aurait rendu fous n’importe quels parents. Aujourd’hui, je réalise encore difficilement l’amour dont ils ont du s’armer pour me soutenir jusque maintenant.

Je voulais qu'on me demande mon avis et comme ça ne se faisait pas, je le donnais sans qu'on me le demande et je n'étais pas entendue.

Que de scènes, que de rebellions, que de bagarres, que d'insultes et que d'humiliations !

Surtout que j'avais des avis sur Tout.

Ce qui m'intéressait le plus, c'est ce qu'on voulait me cacher, ce qui faisait mystère, ce qui faisait tourner la tête et la ville et le monde mais dont personne ne voulait rien dire, à part : "je ne peux pas t'expliquer, tu es trop jeune", "tu verras ça plus tard" et le pire : “tu ne peux pas comprendre”.

Je rongeais mon frein et mes questions en lisant beaucoup, dans le désordre.

J'écoutais tout, plus encore ce qui se disait à voix basse et derrière les portes.

1987-88

Ma vie était en moi, je le savais, il ne me restait qu'à la trouver. Une camarade de classe, plus âgée que moi, Marie-Line, commença mon initiation sans tout à fait s'en rendre compte. Elle aimait raconter ses aventures et j'adorais écouter; je trouvais formidable que l'on puisse être libre à ce point de son corps et de ses envies. Elle savait comment on embrasse et aussi que quand ça coulait rouge entre ses cuisses, ce n'était pas seulement parce qu'il y avait eu de la betterave au déjeuner. Elle utilisait des tampons ! le summum de la femme évoluée pour moi qui voyait encore des serviettes de coton et d'éponge sécher dans les buanderies. Et elle répondait à mes questions, trop heureuse de me rendre service en partageant sa science avec une élève aussi studieuse que je l’étais dans les matières humaines. Qu’elle en soit ici encore remerciée.

J’ai eu d’autres “grandes soeurs” au fil de ma scolarité, je les choisissais parmi les marginales, parmi celles qui étaient hors des murs et j’apprenais à vivre hors des miens. Je sentis très vite que c’était en faisant le mur dans mon imagination et dans la réalité que j’avais une chance de survie mentale.

 

À mi chemin entre une ville et des campagnes catholiques quand j'étais éduquée dans la religion protestante. Rejeton du peace and love et de la course à la carrière, y compris pour les femmes. Partagée entre ma situation de fille et petite fille de notables et l'esprit socialo-associatif de mon entourage proche. Déchirée entre pruderie, hypocrisie et aventure, liberté, sexe, alcool et premiers joints,

je passais d'un univers à l'autre avec une facilité déconcertante, jouant sur tous les tableaux, mentant allègrement, j'arrivais à faire ce que je voulais en m'attirant le moins de foudre possible.

Je saisissais toutes les occasions qui se présentaient ou que je provoquais pour chercher Ma vérité dans les entrailles du monde.

J'étais déjà tantrique sans le savoir.

 

Pour fêter l'examen du BEPC, je choisissais et draguais un garçon de dix ans de plus que moi qui m'emmena sur sa Harley jusqu'à son 6e parisien sans ascenseur et auquel, je demandais une fois nue dans son lit, de me dépuceler.

Lui aussi, je le remercie. Je ne sais pas s'il s'est remis de cette nuit mais pour moi, ce fût une telle déception que je sortis de ses bras en me disant : "Ce n'est pas ça l'amour, ça ne peut pas être ça le sexe ! Sinon pourquoi en faire une telle histoire ?"

C'est peut-être ce cri du coeur

qui me poursuit encore :-)

Qu’est ce que l’amour ? Qu'est-ce qu'il y a vraiment derrière cet enthousiasme, par tous partagé, pour le sexe et les sentiments ? Et surtout comment se faire plus de bien que de mal avec cette nitroglycérine qui explosait à chaque instant partout dans le monde ?

1988-89

 

Plus j’avançais, plus le nombre de grandes soeurs et de grands frères diminuait.

Je passais de bras en sexes, certaine, à chaque fois, que j'allais apprendre un peu plus.

Souvent désolée, je devais me rendre à l'évidence, personne n'avait l'air d'en savoir beaucoup plus que moi.

Je n'avais pas vingt ans que j'avais déjà le sentiment que mes partenaires espéraient beaucoup de l'expérience qu'il m'avait déjà été donné de connaître.

Je les choisissais pourtant dans toutes les catégories d'âge, de culture, de responsabilité professionnelle, de niveau social, de sexe, rien n'y faisait.

Je découvrais toujours quelque chose pour nourrir mes connaissances certes mais pas une femme et pas un homme qui soit assez bien dans son sexe et dans sa vie pour m'inspirer confiance dans la mienne.

Je cherchais des modèles, des références, des réussites de bonheur avec du sexe heureux dedans, et je rencontrais plutôt des êtres éparpillés, écartelés, douloureux parfois brisés avec presque toujours le sexe comme cause et conséquence :

Joël me ferait un enfant et m'enfermerait à la maison.

Chan m'entretiendrait richement contre une sodomie hebdomadaire.

Patrick m'épouserait si je l'aidais à diriger son usine.

Jean-Marc m'offrait la nuit sous une tente pour que j'installe dans son anus un collier de grosses perles.

Phallus d'or me proposait ses 35 cm en dot.

Langue de feu voulait que je lui présente une femme qui chausse au moins du 42.

Philippe me voyait la mère des trois enfants de sa première femme.

Jennifer appelait mes amants le dimanche dans leur famille.

Un maquereau braquait un revolver sur ma tempe pour que je me déshabille devant ses "collègues" et ses "employées".

Une directrice me payait chaque fois que je fumais une cigarette avec mon sexe sur la scène de son théâtre érotique.

Un réalisateur de films porno mis jusqu'à 7000 francs de l'heure sur la table pour que j’accepte un âne comme partenaire.

Paul aurait aimé que je viole sa femme.

Un mannequin sri lankais m'initiait au tao.

J'acceptais qu'on me rase le crâne en direct.

 

Bref, je cherchais que faire

de mes pulsions,

de mon âme,

de ma vie,

de mes grandes espérances d'être un jour moi-même

et Pourquoi et Comment.

 

Pendant ce temps-là, je travaillais un peu pour gagner ma vie en me demandant pourquoi il ne semblait pas possible d'associer sexe, vie privée et travail sans être prostituée d'une manière ou d'une autre.

L'avantage des dizaines de professions que j'exerçais de 17 à 30 ans, c'est qu'elles me mettaient toutes en relation avec les "gens" et toujours en relation avec leur intimité.

En fait, je ne pouvais pas entrer en contact avec qui que ce soit sans parler du plus crû et du plus intime de sa vie privée et si possible d’en partager plus que ce qui se disait. Il m'arrivait même de faire participer spontanément toute une salle de restaurant à un échange verbal sur la vie sexuelle.

 

Ma famille a fini par se faire une raison : "décidément, elle n'est pas faite comme tout le monde mais après tout si ça lui convient..."

Quelle chance d'être aimée !

1993-94

D'ailleurs, c'est quand j'ai senti que ma chère famille pouvait ne plus souffrir à cause de ma vie hors normes que j'ai enfin accepté de penser sérieusement à l'idée d'une école d'éducation sexuelle pour adultes. Si je suis tout à fait honnête, cette idée faisait son chemin depuis bien longtemps dans mon esprit mais je n'osais croire que c'était possible ni envisager les conséquences que cela pourrait avoir.

 

J'ai été très encouragée moralement et aussi matériellement dès que j'ai fait connaître mon projet autour de moi.

Aussi bien par des amis que par des professionnels du libertinage, de la sexologie et de la psychothérapie.

Beaucoup auraient aimé que l'idée vienne d'eux mais réalisaient que ce serait sûrement très difficile de la mettre en place.

Beaucoup d’autres l'ont rejetée prétextant que s'aimer et faire l'amour était naturel et qu’une école sur ce sujet était une ineptie.

Quand on voit que simplement se reproduire n'est pas tellement naturel pour les mammifères dits évolués que nous sommes, on peut imaginer ce que "faire l'amour" peut soulever comme problèmes et qu'on ne fera pas l'économie d'en apprendre quelque chose pour aimer mieux et faire l'amour plus intelligemment.

Du jour où ce rêve d'ouvrir une école est devenu une possible réalité, je me suis sentie tout à fait bien. J'avais l'intime conviction que c'était juste, pour moi-même et pour celles et ceux qui s'interrogeaient comme je m'interroge depuis toujours.

2000

 

Dix ans se sont passés depuis le début de cette expérience majeure et je n'ai pas le moindre regret.

J'ai repris les études que je n'avais pas eu le temps de faire

(je ne pouvais pas être à la Faculté et à l'université de la Rue dans les mêmes années !)

je continue de lire beaucoup, d'apprendre tous les jours, de poursuivre une psychanalyse et d'aimer l'intime des gens que je rencontre.

 

Peut-être vous en ai-je dit trop

ou peut-être, pas assez,

je ne sais pas.

J'ai l'impression que je pourrais présenter le parcours qui fait ce que je suis aujourd'hui en mille pages et que rien ne serait dit.

Il me semble que pour connaître et pour comprendre quelque chose à quelqu'un, c'est son attitude, son travail, sa création qu'il faut rencontrer.

C'est ma proposition !

Au travers de ce site que je livre à votre curiosité, à votre attention et à votre recherche...

En attendant de vous retrouver au travers des questions que vous avez envie de nous poser et de l’aide qu’il nous sera possible de vous apporter.

Hélène Lechevalier (2001)

1986-87

 

2009

Cette année, j'ai décidé de réunir officiellement dans ce site comme dans ma vie

les diverses activités que je mène quotidiennement avec plaisir et qui, chacune,

participe, auprès des autres et des autres activités, à former une réponse concrête

à mes goûts, mes centres d'intérêt et à mes élans qui, disparates qu'ils peuvent sembler,

n'en forment pas moins ma personnalité complexe.

C'est pourquoi, dans cette page, vous pouvez dorénavant trouver les nouvelles rubriques

correspondantes à ces activités jusqu'ici menées discrètement, parfois même secrètement.

 

Bien à vous

LN

Le vendredi 13 février 2009

 

 

Accueil du siteForum - Intervenants - LN